Polissage et changement de verre d’un chronographe Stowa

Voici un beau chrono de la marque allemande Stowa. Il est équipé d’un mouvement Valjoux 7734, qui est un chronographe à remontage manuel.

C’est une montre donc avec heure minutes et secondes à 9 heures, et les fonctions chronographe ont des compteurs des secondes et 30 minutes. Il date des années 70.

Le client m’a demandé un polissage du boitier, un changement du verre, qui est un verre armé, et un changement des joints. Il m’a aussi demandé un nettoyage du boitier au bain à ultrasons, mais pour un polissage, il y a toujours un nettoyage complet du boitier, vu que le polissage est une action très salissante. Cela laisse des dépôts de pâte à polir sur le boitier.

J’ai zoomé sur les parties abîmées afin que l’on puisse voir que le boitier est bien griffé et avec beaucoup de coups. Ce qui n’est pas tellement étonnant pour une montre de 40 ans, qui a été utilisée normalement.

Les poussoirs et la couronne ont été bien abimés aussi. Heureusement, ils sont en acier. Il pourront donc aussi être polis.

Le verre d’origine a une loupe à 6 heures pour afficher la date dans une plus grande taille. Le client ne voulait plus de loupe.

Comme on peut le voir sur cette photo, il y a un satiné linéaire sur le devant du boitier. Le reste doit êre poli.

Retrait des poussoirs et du tube de couronne et on peut effectivement voir sur les joints d’étanchéité ont totalement fondu avec le temps. Il ne reste qu’une matière noire pâteuse. Direction le bain à ultrasons.

Après le bain, c’est beaucoup plus propre. On peut voir le verre armé. Le verre armé est un verre en hésalite (sorte de plexiglas) qui contient à l’intérieur de sa base une bague en acier qui va maintenir une tension vers l’extérieur. Cela permet une meilleure étanchéité.

La pose de ce genre de verre est différente des verres en hésalite classiques non-armés. Au lieu de les faire plier pour qu’ils aient une base plus petite et puissent entrer dans le boitier, vu que leur base ne peut pas diminuer, ils sont, comme les verres minéraux, insérés à l’aide d’une presse. Donc, il ne faut pas se tromper de dimension. Alors qu’un verre non-armé un peu trop large peut être inséré en le pliant, ce n’est pas le cas des verres armés. Si c’est trop grand, ça ne rentrera pas sans casse.

Comme d’habitude, il faut commencer à tout polir avant de satiner. Le but ici est de retirer les coups et griffes, mais aussi de garder ou refaire les arêtes. Il faut donc ici utiliser une pâte assez abrasive pour attaquer l’acier et polir dans un sens qui n’arrondira pas les arêtes.

De plus, pour que le satiné soit parfait, il faut aussi retirer tous coups ou griffes sur cette partie là aussi. Car le satiné ne les effacera pas. On les verra toujours en regardant de près.

On peut voir sur la photo ci-dessous que l’arête est vive. Elle n’est pas arrondie, adoucie. Ce qui est le but recherché.

Voilà pourquoi on doit retirer le tube de couronne pour le polissage. Pour ne pas le diminuer en hauteur et en diamètre. Car le polissage reste un retrait de matière.

Ici, j’ai poli les poussoirs et mis des joints aux poussoirs.

Et voilà, elle est repartie pour 40 ans de coups et chutes… merci de m’avoir lu jusqu’au bout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *